Génération 6 - Ascendance de mon grand-père paternel

Publié le par Anikowa

(Cliquez sur les Noms pour voir l'arbre d'ascendance)

(Cliquez sur les dates pour voir les actes)

 

N° Sosa 36 - Jean le Jeune MONTEL, Maréchal ferrant à Puy-Guillaume (Puy-de-Dome), fils de Jean MONTEL (1739-1810) et Jacqueline Jacquette GUILLERMIN (~ 1734-1803), né à Puy-Guillaume (Puy-de-Dome) le 10 septembre 1778 , décédé le 10 janvier 1853, à l'âge de soixante-quatorze ans.

Il s'est marié, à l'âge de vingt-cinq ans, le 19 juin 1804 à Puy-Guillaume (Puy-de-Dome) avec Jacqueline "Jacquette" CATHELIN (1772-1826).

Jean le Jeune s'est marié une seconde fois, à l'âge de cinquante et un ans, le 20 juin 1830 à Puy-Guillaume (Puy-de-Dome) avec Anne Clauda PEYSSON, PAISSON, Servante, fille de Bonnet PEYSSON et Jeanne MOULY, née à Noalhat (Puy-de-Dome) le 13 septembre 1795.

   

N° Sosa 37 - Jacqueline "Jacquette" CATHELIN, fille d'Augustin CATHELIN (1745-~ 1771) et Marie QUINET (°1743), née à Puy-Guillaume (Puy-de-Dome) le 17 janvier 1772y est décédée le 30 octobre 1826, avant-veille de la Toussaint, à l'âge de cinquante-quatre ans.

   

N° Sosa 38 - Jean Baptiste "François" DOUROUX, Journalier Les Paccauds à Paslières (Puy-de-Dome), fils de Charles DOUROUX (1752-1810) et Claudine PEISSON(1755-> 1818), né à Paslières (Puy-de-Dome) le 24 février 1778.

Il s'est marié, à l'âge de vingt-neuf ans, le 18 janvier 1808 à Paslières (Puy-de-Dome) avec Marie FOUCAUD (°1789).

   

N° Sosa 39 - Marie FOUCAUD, fille de Claude FOUCAUD (†1798) et Anne DOUCE (~ 1757-1812), née à Paslières (Puy-de-Dome) le 4 décembre 1789.

 

Monographie Filiatus d'HEREDIS
 
Le Maréchal ferrant - dessin Paul Sibra
Le Maréchal ferrant - dessin Paul Sibra

Le maréchal ferrant jouissait d’un grand prestige dans les campagnes.

Outre les nombreux objets métalliques qu’il fabriquait,

utilisés pour la culture et les bâtiments, il ferrait les chevaux et cavales.

Pour ferrer les bœufs et les vaches arrants et charroyants,

il utilisait un bâti appelé « travail ».

De plus, le maréchal était un peu vétérinaire local, sachant soigner les bêtes blessées,

atteintes de météorismes (gonflées), libérations difficiles, etc…

C’était un notable souvent appelé par les habitants.

Extrait de « La rive gauche de la Sioule de Charroux à Saint-Pourçain »

de Raymond d’Azémar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article